Service de la bibliothèque et programme d’animation culturelle de la MRC de Drummond – une conférence a été offerte sur Drummondville de 1815 à nos jours

Saint-Bonaventure, le 6 octobre 2019 – C’est le mercredi 2 octobre que le service de la bibliothèque recevait M Jean Thibault, historien de la Société d’histoire de Drummond, dans le cadre du programme d’animation culturelle de la MRC. M Thibault a couvert les grandes périodes dans lesquelles s’est inscrite l’histoire du développement de Drummondville.

M Jean Thibault, historien, participe à la Société d’histoire de Drummondville. Originaire de Sherbrooke, il s’est établi à Drummondville dans le cadre de ses activités professionnelles comme enseignant à la commission scolaire Des Chênes. Aujourd’hui retraité, il poursuit sa passion pour l’histoire et plus spécialement pour celle de Drummondville. Il est l’auteur de la publication Drummondville à L’heure de la Guerre: 1939-1945 .

Avant de céder la parole à M Thibault, Mme Gisèle Corbin, coordinatrice du service de bibliothèque, a effectué la présentation de la conférence qui s’inscrit dans le cadre du programme d’animation culturelle de la MRC de Drummond. Ce programme offre aux bibliothèques municipales de son territoire un répertoire d’activités portant sur diverses thématiques. Le programme est financé à parts égales entre la MRC de Drummond et le ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Tout au long de l’exposé, les participants ont découvert, ou redécouvert pour certains, les périodes qui ont marqué le développement de Drummondville.

Située dans le canton de Grantham et fondée par le lieutenant-colonel George Frederick Heriot, elle fut d’abord peuplée par des volontaires ayant participé avec l’Angleterre à la guerre anglo-américaine de 1812, les voltigeurs. Puis, celle-ci demeure une collectivité rurale jusqu’à l’arrivée des premières industries, la forge et la scierie.

Cette collectivité se développe autour de deux clochers, celui de l’église Saint-Georges de confession anglicane, et celui de l’église Saint-Frédéric de confession catholique. L’augmentation de la population est fortement marquée par les décès en bas âges.

Au début du siècle dernier, la construction du premier barrage électrique entrainera un développement plus rapide avec l’arrivée de plusieurs milliers d’ouvriers dans les usines de textiles, mais il faudra attendre la Révolution tranquille qui transformera les milieux de l’éducation et de la santé pour que la ville prenne un essor majeur. La ville compte aujourd’hui près de 80 000 habitants et vient d’inaugurer un campus universitaire relevant de l’UQTR. Elle joue un rôle important au sein de la plus récente des régions du Québec.

La ville aura aussi traversé les deux grandes guerres ainsi que la grande crise de 1929. Grâce à l’activité économique presque exclusivement dans le textile, le chômage demeura seulement au niveau de 10% pendant la crise. Cependant, la grande récession à Drummondville fut celle associée à l’effondrement du textile à la fin du siècle dernier qui entraina un taux de chômage de 25%. Dans les dernières années, la diversification des activités économiques assure une meilleure stabilité d’emploi.

Suite à l’exposé, les participants ont pu échanger avec le conférencier. Il a été mentionné que, pour Saint-Bonaventure, le point de service naturel avait été Pierreville jusqu’au boum économique qui a suivi la Deuxième Guerre mondiale.

Ce fut une autre soirée de découverte offerte par le service de la bibliothèque grâce au programme d’animation culturelle de la MRC de Drummond.

GPH pour L’Écho de mon village – Saint-Bonaventure