Séance de consultation sur le nouveau plan d’urbanisme – une trentaine de personnes y participent

Séance consultation publique plan urbanisme saint-bonaventure 2019

Saint-Bonaventure, le 12 janvier 2019 – Une trentaine de personnes étaient présentes à la salle municipale le 8 janvier dernier à 19h30 lors de la séance de consultation publique sur le nouveau plan d’urbanisme. L’animation de la soirée a été assurée par M Guy Lavoie, maire de Saint-Bonaventure, et la présentation des documents a été faite par M Lucien Lampron à qui la municipalité avait confié le mandat, en 2016,  de produire le nouveau plan d’urbanisme. Plusieurs citoyens et citoyennes sont intervenus lors de la période de questions. Les documents présentés sont accessibles sur le site de la municipalité de Saint-Bonaventure.

Séance consultation publique plan urbanisme saint-bonaventure 2019La carte représente les grandes zones d’affectation sur le territoire de la municipalité de Saint-Bonaventure. M Lucien Lampron, dont les services avaient été retenus par la municipalité,  a présenté le nouveau plan d’urbanisme ainsi que les projets de règlement qui en découlent, soient les projets de règlements sur le zonage, le lotissement, la construction, les permis-certificats, les permis-certificats en zones de contraintes et le plan d’implantation et d’intégration architecturale.

C’est à la mi-décembre que la population avait été invitée par avis public et publipostage à participer à une séance publique de consultation sur le nouveau plan d’urbanisme et des règlements qui en découlent. Les documents aussi ont été mis en ligne  sur le site de la municipalité de Saint-Bonaventure.

Le plan d’urbanisme présente d’abord l’utilisation du territoire selon six thématiques soient l’agriculture, la forêt et les milieux naturels, l’urbanisation, les contraintes, les paysages,  les équipements et  infrastructures. Puis, il présente l’organisation spatiale de ces utilisations soit la zone urbaine, les aires de protection autour de la zone urbaine, les zones agricoles dynamiques, les zones agricoles viables, la zone récréoforestière, les zones de contraintes  relatives aux glissements de terrain, les zones de contraintes relatives  aux inondations et la zone de gestion des matières résiduelles. La mise en place de ces zones d’affectation repose sur des énoncées d’orientation et des énoncés de moyens de mise en œuvre auxquels sont associées des actions.

Parmi les actions affectant les zones agricoles, il a été fait mention de la protection des milieux humides. Ces milieux devraient faire l’objet d’une caractérisation. Certains de ces milieux sont protégés, mais d’autres pourraient faire l’objet de travaux sous réserve d’autorisation à des fins agricoles.

Parmi les actions affectant la zone urbaine, il  a été fait mention de l’agrandissement du périmètre urbain par l’ajout d’une zone  résidentielle qui se situerait derrière l’édifice actuel des bureaux municipaux. Un accès à cette zone serait aménagé depuis la route 143 un peu après la rue Paul-Hus. Ce nouveau quartier devrait permettre l’ajout d’une trentaine de propriétés et pourrait être desservi par un aqueduc.

Parmi les actions affectant les zones de contraintes relatives aux inondations, il  a été fait mention que ces zones pourraient faire l’objet d’une nouvelle évaluation en tenant compte des actions qui ont été prises par le passé pour limiter les risques d’inondation.

Parmi les actions affectant les infrastructures, il a été fait mention qu’un lien cyclable pourrait être ajouté pour rejoindre la route verte depuis le village vers le rang du Bassin. Il a aussi été fait mention qu’un accès public à la rivière Saint-François pourrait être ajouté en utilisant les terrains appartenant encore à Hydro-Québec.

Les échanges qui ont suivi la présentation ont principalement porté sur l’objectif du plan d’urbanisme, le nouveau quartier résidentiel et son projet d’aqueduc, le plan d’implantation et d’intégration architectural, l’accès public à la rivière Saint-François, le paysage,  la gestion des odeurs et la gestion des cours d’eau.

Le projet de règlement de plan d’urbanisme présenté vise à actualiser les zones d’usage de la municipalité qui dataient de 1990 et à les harmoniser avec le Schéma d’aménagement et de développement révisé de la MRC de Drummond adopté en juillet 2017.

Le nouveau quartier résidentiel doit faire l’objet d’une demande à la Commission de protection du territoire agricole du Québec avec l’appui de la MRC de Drummond. Une trentaine d’unités résidentielles sont prévues pour répondre à la croissance prévue sur les quinze prochaines années. Il a été demandé que ce quartier fasse l’objet d’un plan d’implantation et d’intégration architectural spécifique pour assurer un développement harmonieux. Il a été indiqué par le maire que le projet d’aqueduc seulement pour ce quartier n’est pas encore à l’étude, mais demeure une possibilité.

Le projet de règlement  de plan d’implantation et d’intégration architectural présenté vise un secteur de la rue Principale dans la zone urbaine depuis environ la rue de L’École jusqu’à environ la propriété située après l’édifice des bureaux municipaux. Ce secteur constitue l’ensemble patrimonial. Dans cet ensemble, douze propriétés ont été désignées comme représentant un intérêt patrimonial au niveau de l’architecture extérieure et les améliorations extérieures des propriétés voisines devront s’y intégrer. Avant de délivrer un permis de construction ou de rénovation, le comité consultatif d’urbanisme devra présenter un avis favorable au conseil. Le comité consultatif d’urbanisme est composé du maire, d’un conseiller et de trois citoyens.

Un accès public à la rivière Saint-François serait possible depuis des terrains appartenant à Hydro-Québec, mais demanderait des ententes avec les propriétaires voisins, car aucun des terrains n’a accès à la voie publique. Il a été mentionné que la municipalité avait avisé Hydro-Québec de son intention d’acheter un de ces terrains et que l’accès à ce terrain ferait l’objet de discussions.

Concernant le paysage, il a été demandé que le tunnel végétal situé sur le rang du Bassin fasse l’objet d’une étude pour en assurer la longévité par l’entretien et le remplacement des arbres qui en constituent l’architecture.

Concernant la gestion des odeurs, il a été indiqué que l’aire de protection entourant la zone urbaine visait à interdire l’installation d’exploitation agricole à forte génération d’odeur. Cela ne touche pas la zone de gestion des matières résiduelles qui se trouve derrière la zone d’aire de protection. Il a été demandé d’aviser l’entreprise située dans la zone de gestion des matières résiduelles afin qu’elle agisse sur la haie de frênes faisant partie de l’écran végétal compte tenu de la progression de l’agrile du frêne.

Concernant la gestion des cours d’eau, il a été demandé que des actions soient prises pour sensibiliser davantage les propriétaires d’exploitation agricole à la mise en place et à la protection des bandes riveraines des cours d’eau. Il a aussi été mentionné que la révision des zones inondables prévue n’était peut-être pas avisée en tenant compte des effets des changements climatiques actuels et à venir.

À la fin de la séance, le maire a remercié les personnes qui ont participé à cette séance de consultation publique. Il a indiqué que les projets de règlement feront l’objet d’avis de motion lors d’une prochaine séance et devraient être adoptés au plus tôt lors de la séance régulière du conseil prévue en février.

GPH pour L’Écho de mon village – Saint-Bonaventure